Escalier crémaillère 1/4 tournant marches balancées

Présentation de mon projet : escalier ¼ tournant avec marches balancées

escalier

Le projet a été réalisé sous stairdesigner, et ensuite quelques modifications ont été faites sous sketchUp, à savoir  la rambarde d’escalier.

L’impression des gabarits et l’assemblage des feuilles a été pour moi l’étape  la plus fastidieuse …mais néanmoins nécessaire !!!

Dans la photo ci-dessous, les planches en pin traité pour  la réalisation de mon escalier ¼ tournant avec marches balancées.

planches et tourillons

  • La première étape de mon projet.

Fabriquer mes propres barres de tourillons de 16mm car sur mon ile (réunion)  impossible d’en trouver de ce diamètre, et je ne sais de plus même pas si cela se trouve dans le commerce

Quelques essais ont été nécessaires afin de bien calibrer la toupie pour pouvoir sortir correctement mes barres de tourillons.

tourillons 16

  • Préparation des couches

Les couches sont donc corroyées et mises a format..

couches 13e marche
Le gabarit papier est ensuite collé sur la plus longue couche….

gabarit sur couche
les trous sont prêts à être percés !!…

trou pour tourillons

  • Collage et mise sous presses. les couches sont enduites successivement de colle blanche, positionnées les unes sur les autres…et les tourillons encollés viennent prendre place dans les trous prévus.

Ils ne reste plus qu’à presser le tout..

bloc 14 et 13e marche

  • les blocs sont assemblés séparément, puis collés un à un sur la structure de l’escalier !!

PROBLÈME !!!!!!!!!!!

Je me suis aperçu qu’il y avait un petit souci  lors de l’assemblage… une des couches ne suintait pas la colle : j’avais oublié de coller une couche.

4 tourillons étaient déjà en place et collés !!
Comment faire pour retirer la couche sans l’abimer trop !!!!

je me suis servi de mon multimaster et fait une coupe au niveau de chaque tourillon, dans la jointure des 2 couches non collées.

Par la suite J’ai donc pu recoller le tout, percer 2 trous de diamètre 16 et refait traverser 2 tourillons dans toute la longueur de 2 blocs des 2 couches non collées.IMG_0419 copie

Par la suite J’ai donc pu recoller le tout, percer 2 trous de diamètre 16 et refait traverser 2 tourillons dans toute la longueur de 2 blocs

IMG_0419 copie IMG_0420 copie

  •   escalier balancé

l’escalier est un peu plus avancé, il ne me reste plus que les 3 premières marches à  faire.

Je les ferai a mon retour de vacances, car elles doivent être en arc et calibrées.

Pour l’instant je suis  satisfait de mon ouvrage.

malgré un petit soucis pas très perceptible : l’escalier a légèrement dévié de sa trajectoire dans sa longueur… pas très grave a mon avis.. et je pense avoir identifié la source du problème.

c.f. photo ci-dessous : au milieu de l’escalier on peut voir une légère flexion ( au niveau de la flèche blanche)

MES GABARITS papiers qui sont assemblés au scotch, et sur toute la longueur de l’escalier cela a fini par se voir, ces petits défaut d’assemblage du papier.

Je ne possède pas de traceur A1, cela aurait été l’idéal en effet, et aurait pu supprimer ce petit désagrément…  je réfléchi dans l’acquisition d’une telle imprimante !!

escalier balancé 3

Concernant le dessous de l’escalier.

Il faut que je m’ achète une scie sabre avant de pouvoir entamer cette partie.

Mais je n’aurai pas a tracer les tangentes pour obtenir la ligne de l’escalier. En effet il me suffira  de couper aux bords supérieur de chaque couche ! car lors de la conception sous sketchup, j’ai conçu les couches de telle manière que la ligne du dessous de l’escalier coïncide avec les bords supérieur de chaque couches.Ma ligne directrice est donc donnée par ces angles (voir sur la photo au niveau des flèches noires)

 Et j’aurai donc moins de matière a enlever !!

1

on peut aussi remarquer les tenons qui traversent l’escalier d’un seul tenant.
Mais par contre beaucoup plus embêtant pour  assembler les couches  entres elles !!
Pour me faciliter la tache quand j’ai fabriqué  mes couches je n’ai fait traversé que deux tenons, de cette façon l’assemblage avec la couche suivante est un peu plus aisée car moins de frottement !!

  •  Les 3 premiers blocs de marches ayant été passés à la toupie puis collées.

la crémaillère est enfin complète !
le dessous a été coupé  avec une scie sabre puis fini au rabot électrique et à la ponceuse a bande

3

  • Présentation de la crémaillère avec une mise a niveau histoire de vérifier que la hauteur prévue est atteinte… tout colle parfaitement

4

  • passons donc à la fabrication des marches !

5

  • Collage des gabarits papiers sur les planches prévues à cet effet.

alors je n’ai mis que quelques petits bouts de scotchs juste pour maintenir le gabarit en place le temps de la coupe. Il n’était pas nécessaire de le fixer plus…car le gabarit sera plaqué avec ma règle lors de la coupe avec une scie plongeante, très utile dans bien des cas et  d’une précision extrême !

6

  • Positionnement des marches sur la crémaillère  pour pouvoir aligner le tout, avant de percer les avant trou, et de visser le marches !

7

4 trous par marches n’étaient pas nécessaires vu que la marche est bloquée dans l’escalier …mais bon !

8

9

…  mon escalier est fini!!!! enfin!!

installation de l’escalier.
la première étape pour moi fut de  mettre en place la rambarde de la mezzanine, de cette façon j’ai pu  placer le sabot recevant l’escalier exactement  au bon endroit.
la dernière marche étant imbriquée avec le poteau, il ne devait pas y avoir de jeu!
cette rambarde est faite pour la partie intérieure d’une feuille de verre feuilleté de 10 mm et d’une barre en inox.
le but du jeu était de laisser passer le maximum de lumière possible sans paraitre trop chargé.

DSC02308

une fois le sabot en place il ne reste plus qu’ a placer la crémaillère dans ce dernier et de le boulonner.

DSC02306

une platine en bois a également été réalisée sous la 1ere marche de l’escalier afin de le le fixer au sol.

DSC02312

l’étape suivante est la mise en place des marches , puis de la rambarde d’escalier. rambarde conçue toujours afin d’être le plus clair et plus simple possible

voila un projet bien sympathique, dans lequel j’ai beaucoup appris et pris du plaisir a le réaliser.
il s’agit la de mon tout 1er escalier, que j’ai réaliser pour acquérir de l’expérience dans ce domaine et aussi pour remplacer mon ancien escalier qui était beaucoup trop classique et assombrissait mon salon.

je tiens tout de même à me présenter :

je suis age de 35 ans, je ne suis pas menuisier ou ébéniste.
je suis un amateur passionné du bois, je pratique le tournage sur bois et la menuiserie.
j’ai acquis ma première machine avec mon 1er salaire, afin de pourvoir me lancer dans ce rêve, qui est devenu ma passion débordante, je me suis équipé au fur et a mesure.
je conçois tous mes plans de meubles sous sketchup et utilise également stairdesigner, tous 2 d’excellents logiciels!
cela fait maintenant 6 ans que je me suis lancé dans cette aventure, et c’est comme un virus.
on apprend tous les jours.
et je tiens a vous remercier  Mr Ness Tillson pour toute l’aide sur les petites questions que je me suis posé avant de me lancer dans ce projet.
vos techniques très intéressantes  m’ont été très utiles pour construire cet escalier ( couches collées, tourillons traversant, passer de stairdesigner a sketchup pour finaliser l’escalier avec les rambardes)

Publicités

2 réflexions au sujet de « Escalier crémaillère 1/4 tournant marches balancées »

  1. Bonjour,

    Je me permets ce long commentaire, car je ne sais pas comment vous contacter autrement. Je suis Hugues Hovasse, du magazine Le Bouvet et du magazine BOIS+, qui proposent plans et techniques pour les passionnés du travail du bois. Vous connaissez peut-être ces revues : nous y diffusons des plans de réalisations, des articles techniques… Nous avons découvert votre site, et avons été séduits par l’approche pédagogique de vos sujets, ainsi que par la variété de vos réalisations. Nous avons été particulièrement emballé par votre article sur la réalisation de cet escalier crémaillère quart tournant. Seriez-vous intéressé de préparer, avec nous, un article sur cette réalisation ?
    Il s’agit là d’un travail complémentaire, qui peut très bien s’assurer à distance en poursuivant d’autres activités. En plus de la signature de leurs articles, qui assure une certaine promotion et publicité, les auteurs sont en outre rémunérés à la page, en fonction du travail fourni. Chacun trouve ainsi des avantages dans cet échange. Une telle collaboration pourra par exemple permettre de mettre en avant votre site, en faisant apparaître son adresse dans votre signature.

    Si vous ne connaissez pas bien Le Bouvet ou BOIS+, voici quelques informations sur ces deux magazines pour vous permettre de mieux comprendre ce que pourrait être le contenu d’un article (je peux aussi faire parvenir des exemplaires récents gratuitement).
    – les Lecteurs du Bouvet sont, pour la très grande majorité, des « amateurs éclairés » qui réalisent des meubles et divers autres objets en bois (menuiseries, objets tournés, sculptés…). Ils sont équipés presque tous de combinées à bois en 260 ou 310, avec un peu d’électroportatif (scie circulaire, défonceuse…). Beaucoup ont « grandi » avec Le Bouvet, qui existe depuis 26 ans, et où ils ont appris à mener efficacement les diverses opérations du travail du bois. Un article « réalisation » doit ainsi permettre de fabriquer un objet précis avec tous les détails nécessaires (texte expliquant la méthode détaillée, feuille de débit, plans, photo…). Un article « technique » doit permettre de maîtriser une technique de travail ou d’améliorer ses compétences (article expliquant dans le moindre détail telle ou telle astuce de travail qui fait gagner du temps ou telle méthode que vous appliquez pour vos réalisations…).
    – BOIS+ se consacre pour sa part au travail du bois exclusivement à l’électroportatif. Les Lecteurs sont plus des « bricoleurs passionnés ». Ils ont envie de réaliser et d’apprendre, mais sont équipés uniquement d’électroportatif et ont envie d’aller relativement vite, pas d’investir des mois dans une réalisation ou un apprentissage. Cela pose diverses limites. Le corroyage, par exemple : nous les faisons beaucoup travailler les panneaux (CP, MDF, stratifié…) et dans une moindre mesure le massif, mais tel qu’on le trouve en grandes surface de bricolage (résineux, lamellé-collé), car ils ne fréquentent pas les scieries. La méthode de travail : ces Lecteurs travaillent sur établis pliants et dans des ateliers de petite dimension (souvent des coins de garage). En contrepartie, les Lecteurs de BOIS+ ont presque tout à apprendre, aussi un article technique peut-il porter même sur des aspects simples du travail du bois.

    Pour en savoir plus sur nos deux revues, vous pouvez visiter notre site Internet : http://www.blb-bois.com
    Au plaisir de vous lire ou de vous entendre,

    Hugues Hovasse
    Rédacteur en chef
    Le Bouvet – BOIS+
    tél. : 03.29.70.57.99 (direct)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s